Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 13:57

Adieu l'Europe et bienvenue en Afrique, l'arrivée à Mindelo sur l'île de Sao Vicente dans l'archipel du Cap Vert marque une rupture franche dans les pays visités et traversés depuis notre départ de La Rochelle. C'est avec un réel plaisir que nous retrouvons les ambiances africaines que nous avons appréciées avec Cécile et Bénédicte lors de nos précédents séjours en Afrique de l'ouest et en afrique de l'est. Mais avant de vous donner nos premières impressions (excellentes) sur ce petit bout d'Afrique au large du vaste continent africain, voici un petit résumé de notre traversée entre Santa Cruz de Tenerife et Mindelo au Cap Vert.

Le départ des bateaux de  la flotte du RIDS a été donné le samedi 21 octobre devant le splendide club nautique de la ville de Santa Cruz. Une parade bruyante et animée des 21 voiliers pavoisés a précédé le départ officiel de type régate, avec ligne de départ, décompte des 5  minutes, bateau jury et coup de canon pour les six voiliers du groupe 1, auquel nous appartenons. Le vent est très faible et les voiliers ont du mal à se déhaler sur une mer plate. Ramatoa coupe la ligne le premier mais sans voler le départ... ce qui nous évitera de devoir payer une tournée générale au club nautique à l'arrivée. Les voiliers des trois autres groupes nous accompagnent pendant une petite heure puis nous laissent s'éloigner très doucement le long de la côte sud de Ténérife. De très nombreuses photos ont été faites sur tous les bords et nous espérons bien récupérer quelques beaux clichés de Ramatoa sous voiles.

La météo annonce peu de vent pour le début du parcours... ce qui veut dire beaucoup de moteur ! Les alizés du nord est ne sont pas au rendez vous, pertubés par les dépressions qui circulent plus au nord qui ont fait redescendre l'anticyclone jusque sur les îles Canaries. Nous avançons lentement par des vents d'ouest de moins de six ou sept noeuds, l'allure au bon plein ou au petit largue est confortable mais la bourrique (le moteur Volvo) est largement sollicitée. Dix heures le samedi, vingt heures le dimanche, douze heures le lundi et encore une quinzaine d'heures le mardi 24 octobre ! C'est un peu désespérant et les fichiers météos grib (champs de pression et de vents) reçus par la BLU n'annoncent pas d'amélioration sensible avant le milieu de la semaine.

Le moral de l'équipage reste excellent, d'autant plus que le temps est superbe et la mer belle. Par ailleurs la pêche s'avère bonne car nous sortons dès le premier jour une daurade coryphène de 3-4 kg, nous récidivons le lendemain avec une autre belle daurade de 5 kg... (Marie Laure... tu avais raison !)nous ne remettons pas les lignes à l'eau car nous avons plusieurs repas de poisson d'avance... Dominique devient une experte pour la cuisiner de différentes façons et lever de magnifiques filets. La viande emportée au départ de Santa Cruz est cuisinée puis stérilisée... les journées sont bien remplies pour tous les deux. Le mercredi nous remettons en pêche en espérant prendre un petit thon pour varier les menus... mais peine perdue c'est à nouveau une petite daurade de 3 kg qui se fait prendre ! Les dauphins sont toujours au rendez vous et les poissons volants se ramassent (presque) à la pelle le matin sur le pont. Pour la première fois par calme plat nous avons vu des tortues.

 

Les vacations radio BLU, matin et soir, permettent de donner les positions des bateaux, les distances restant à parcourir et les conditions de vent rencontrées. Elles sont animées, fort sympathiques et conviviales, elles permettent de mesurer l'avancement des uns et des autres et de voir les plus gros rattraper doucement mais inexorablement le groupe des petits, mais sur cette étape toutes les options de routes alternatives à la route directe ne se sont pas avérées payantes. Les communications entre bateaux et avec la terre occupent une bonne partie des journées et des quarts de nuit.

Dès le mercredi le vent revient du nord ouest faible à modéré... c'est déjà bien ... mais peut mieux faire, les moteurs sont coupés, les oreilles découvrent à nouveau le bruit du bateau glissant doucement sur l'eau.

A partir du jeudi le vent tourne doucement au nord puis au nord-est... les alizés s'installent doucement après la mi parcours. Une houle forte et une mer désordonnée accompagnent le retour des alizés, elles sont le reliquat du mauvais temps qui sévit au nord de Madère.

Les trois derniers jours les alizés sont bien  présents, à 15 ? 25 noeuds, la mer est agitée à forte et la houle de deux à trois mètres. C'est un régal, les bateaux avancent bien même si le confort à bord n'est plus ce qu'il était au départ... on ne peut pas tout avoir !

Le vendredi en fin de nuit, après avoir navigué à sept ou huit noeuds de moyenne dans une nuit noire sans lune et entrecoupée de quelques grains de pluie, nous constatons une avarie sur la bôme du bateau. L'axe vertical du vit de mulet (articulations verticale et horizontale de la bôme sur le mât) s'est échappée de son logement et la bôme n'est plus solidaire du mât ! Heureusement l'axe n'est pas perdu, il est tombé sur le pont. La réparation en mer s'avère un peu trop scabreuse car la houle est forte, le roulis prononcé et la bôme avec tout le poids de la grand voile se balance violemment de gauche à droite. Nous arrimons le tout et parcourons les dernières 24 heures de la traversée sans grand voile, sous génois seul. La moyenne baisse mais elle reste de 5 noeuds tout de même !

L'arrivée sur Mindelo le samedi au lever du jour est superbe, Philippe (le chef d'orchestre du rallye) nous accueille sur la zone de mouillage et quatre voiliers, arrivés dans la nuit, nous ont précédé de quelques heures. Tous les bateaux arrivent dans un créneau de 36 heures.

Dès que nous mettons les pieds à terre (démarche mal assurée et mal de terre garanti !)nous retrouvons les images et les odeurs de l'Afrique... c'est un vrai régal mais nous vous en ferons profiter dans un prochain article. Avec l'aide des autres bateaux nous réparons notre avarie et comprenons qu'elle est le résultat d'une erreur dans le montage initial du vit de mulet.

Voilà la plus longue étape du rallye, après la transat naturellement, de terminée. Nous avons parcouru 862 milles nautiques, dont 40 % au moteur, en six jours et 21 heures, soit une moyenne assez modeste de 5,22 noeuds.

De nouvelles photos sont sur le nouvel album de l'étape 03 Cap Vert - Dakar et  sur celui de Ramatoa au quotidien.

Benoît & Dominique sur Ramatoa, rédigé et posté à Mindelo archipel du Cap Vert le 30/10/2006.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Cécile 30/10/2006 20:57

Profitez bien de cette première escale africaine pour fêter dignement vos 28 années de mariage !Bon anniversaire à tous les 2.Bisous

Bienvenue sur Ramatoa

Ce weblog constitue  notre carnet de voyage......
Il est notre journal de bord au fil de ces années sur les océans Atlantique et Pacifique à bord de "Ramatoa".
Il relate l'avancement du projet du début à son aboutissement... du "Rêve à la Réalité".
Il est tenu à jour  lors de nos escales tout au long de notre aventure maritime.
Il est là pour vous faire partager notre voyage, nos émotions et nos galères !
Bonne lecture....

Rechercher

Mises à jour récentes

Octobre 2012 - Article "Longue escale sur le Caillou".

Aout 2012 - Article "En passant par les Loyautés".

Juin 2012 - Article "Feu d'artifice au Vanuatu".

Archives

Le Rêve...

Voyager à la voile... c'est concrétiser mon rêve de gamin qui préférait dévorer des récits de navigateurs : "le voyage de Damien" et "la Longue route" - plutôt que de travailler correctement au lycée. Aujourd'hui, jeune retraité, le rêve devient réalité. Partir en couple ... et partager une passion commune de voyager à la voile sous les tropiques.                            

La Réalité...

Un voilier baptisé "Ramatoa"

Un skipper : Benoît  et une skippette : Dominique !
Un voyage au long cours en Atlantique, par le Sénégal, le Brésil, l'Amazone, le vénézuela, les Antilles et dans le Pacifique vers la Polynésie française.

Nous contacter...

© Ramatoa.com, tous droits réservés.

Visiteurs