Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 16:42
Le mercredi 14 février, nous avons quitté en fin d'après-midi le mouillage rouleur et inconfortable de Fernando de Noronha pour rejoindre Fortaleza, 370 milles plus loin sur la côte nord du Brésil. La navigation s'annonçait belle, un alizé du sud-est portant et un courant favorable nous promettaient de belles moyennes journalières.
Dès le départ les conditions sont agréables et bien plus confortables qu'au mouillage. A la nuit tombée, vers 20 heures un violent grain surprend la flottille déjà en mer et bouscule sérieusement les plus grands d'entre nous restés au mouillage pour la nuit. En cinq minutes le vent s'installe à 30-35 noeuds avec des rafales à 40 noeuds, les bateaux sont surpris toutes voiles dehors, génois tangonné et le spinnaker pour certain. Sur Ramatoa, le pilote automatique a parfaitement contrôlé la situation en conservant son cap sans difficulté, empannage en douceur, le génois est roulé et le tangon abaissé. Le bateau sous grand voile haute seule file à 9 – 10 noeuds, les rafales sont violentes et nous prenons le premier ris dans la grand voile. Ramatoa avance à 8 noeuds et nous nous abritons à l'intérieur pendant le déluge d'eau qui s'abat sur nous. Deux heures plus tard, le grain passé, le vent tombe complètement et la pluie nous accompagne tout le reste de la nuit que nous poursuivons en partie au moteur.
Ce bref mais violent coup de vent a laissé des traces. Sur les bateaux en mer on déplore un tangon brisé net et l'arrachement d'un circuit d'écoute de grand voile. Les bateaux au mouillage ont affronté des creux de 1,5 à 2 mètres, les verges d'ancre sont tordues et un davier est arraché de la poutre avant d'un catamaran. Sur Ramatoa nous n'avons aucune avarie à déplorer et à aucun moment nous nous sommes sentis en difficulté.
Pendant toute la traversée nous subirons de nombreux grains de pluie avec des vents bien moins violent, mais dans la flottille la résistance s'organise et la surveillance des grains se fait au radar par les bateaux les plus en arrière de la flotte. Entre les grains le vent est assez faible voire inexistant.
Le mouillage à Fortaleza n'est pas très joli mais assez confortable devant le Marina Park Hotel dont nous bénéficions de tous les services et de sa belle piscine.
Fortaleza, capitale du Cearã, petit état défavorisé  avec un taux d'analphabétisation de 26% chez les moins de 25 ans et un taux de mortalité infantile très élevé, est une ville moderne tracée à l'américaine au carré. Importante ville du Nordeste elle ne conserve aucun vestige de son passé. Fortaleza sous le flux constant d'un exode rural concentre et rassemble une population miséreuse dans la plus grande favela du Brésil estimée à plus de 700 000 habitants sous le seuil de pauvreté.
A coté de cette misère à ciel ouvert  surgissent de superbes buildings qui bordent les plages splendides d'Iracema, de Futuro ou de Mucuripe, hauts lieux touristiques avec de très nombreux hôtels de luxe et de restaurants.
Notre escale à Fortaleza coïncide avec la fin du carnaval dans cette ville... ce n'est pas un hasard. Le carnaval au Brésil est une véritable institution où la vie économique s'arrête pendant la durée des festivités. Le Maracatu est le carnaval folklorique et culturel de Fortaleza, cette année le thème est celui des indiens et de l'esclavage. Mardi gras en soirée nous assistons au défilé des écoles de samba de la ville et des quartiers. L'ambiance est festive, chaleureuse, la musique omniprésente et tonitruante ! Contrairement aux clichés véhiculés par les télévisions sur le carnaval de Rio, celui de Fortaleza est plus modeste, moins commercial, moins riche, moins de paillettes et plus populaire... mais la ferveur et la liesse  sont tout à fait présentes, la bière et le rhum coulent à flot toute la nuit de clôture du Carnaval. Derrière les défilés très officiels et organisés des écoles de Samba, il y a de nombreux défilés spontanés et populaires.
Pour le reste Fortaleza est une escale technique pour les bateaux et les équipages avant l'arrivée prochaine sur l'amazone. Avitaillement, recomplètement des pleins, réparations diverses occupent pleinement nos journées, d'autant plus que Fortaleza est ville morte pour cause de carnaval !
Nous quittons Fortaleza le samedi 24 février après-midi pour rejoindre Soure sur le rio Parã dans l'île de Marajõ. Nous avons 700 milles à parcourir en une petite semaine.

News de dernière minute : dans le numéro de Voiles Magazine du mois de mars 2007, est paru l'article d'Albert Brel sur les 7 Ovni du Rallye des Îles du Soleil. On y parle et on y voit Ramatoa... ! Vous pouvez le consulter ici.

Nouveauté sur le blog de Ramatoa : en cliquant sur dernière position vous pouvez nous situer sur Google Earth si et seulement si cette application gratuite est installée sur votre ordinateur. Si vous souhaitez la télécharger et l'installer rendez vous sur le site français de Google Earth.

Des photos du carnaval et de notre escale à Fortaleza sont sur sur l'album de l'étape 06 Nordeste. Merci à Joseph d'Opsis pour une bonne partie des très belles photos du carnaval !

Benoît & Dominique sur Ramatoa, rédigé et posté à Fortaleza le 23 février 2007.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bienvenue sur Ramatoa

Ce weblog constitue  notre carnet de voyage......
Il est notre journal de bord au fil de ces années sur les océans Atlantique et Pacifique à bord de "Ramatoa".
Il relate l'avancement du projet du début à son aboutissement... du "Rêve à la Réalité".
Il est tenu à jour  lors de nos escales tout au long de notre aventure maritime.
Il est là pour vous faire partager notre voyage, nos émotions et nos galères !
Bonne lecture....

Rechercher

Mises à jour récentes

Octobre 2012 - Article "Longue escale sur le Caillou".

Aout 2012 - Article "En passant par les Loyautés".

Juin 2012 - Article "Feu d'artifice au Vanuatu".

Archives

Le Rêve...

Voyager à la voile... c'est concrétiser mon rêve de gamin qui préférait dévorer des récits de navigateurs : "le voyage de Damien" et "la Longue route" - plutôt que de travailler correctement au lycée. Aujourd'hui, jeune retraité, le rêve devient réalité. Partir en couple ... et partager une passion commune de voyager à la voile sous les tropiques.                            

La Réalité...

Un voilier baptisé "Ramatoa"

Un skipper : Benoît  et une skippette : Dominique !
Un voyage au long cours en Atlantique, par le Sénégal, le Brésil, l'Amazone, le vénézuela, les Antilles et dans le Pacifique vers la Polynésie française.

Nous contacter...

© Ramatoa.com, tous droits réservés.

Visiteurs