Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 05:30

 

La traversée de Bora Bora à l'atoll de Suwarow, longue de 692 milles nautiques s'est déroulée sans encombre majeur mais ne restera pas dans les annales des traversées les plus confortables. Parti le lundi 18 avril nous bénéficions d'un vent de nord-est de 17-21 nœuds tout à fait favorable, la houle de sud-ouest reste forte de l'ordre de trois mètres et s'oppose à la mer du vent ce qui lève une mer croisée très inconfortable, Ramatoa transformé en shaker trace cependant un joli sillage de 131 milles. Le temps beau est agrémenté de grains. 

Notre route, ouest nord-ouest, nous fait passer à une douzaine de milles au nord de l'île haute de Maupiti et de son lagon puis le lendemain nous passons à faible distance du Motu One  le dernier confetti le plus occidental de la Polynésie française. Pour ce dernier pas de regret il n'y a pas de passe d'accès au lagon, par contre nous regrettons de n'avoir pu rejoindre Maupiti dont la barre devant la passe unique orientée au sud est absolument impraticable avec des houles supérieures à deux mètres.

POL06-01

Le troisième jour, nous rencontrons une petite zone perturbée avec un temps couvert et des lignes de grains à 25-30 nœuds, le vent toujours de nord-est nous abandonne souvent après le passage de ces grains. Pendant la nuit, un pétrel vient faire escale dans les barres de flèches puis sur les panneaux solaires de Ramatoa en y laissant moult traces !

POL06-02

La fin de parcours est moins brillante car conformément aux prévisions de « Mister Grib », le vent tombe à 7-8 nœuds ce qui est un peu faiblard pour les 12 tonnes de Ramatoa au portant. Essai d'envoi su spi asymétrique mais la poulie de tête du va et vient de la chaussette du spi éclate. Bricolage et remplacement de la poulie. Le lendemain le spi flotte pour quelques heures avant qu'un grain bref mais violent nous contraigne à le rentrer. Pour ne pas arriver de nuit à Suwarow et passer une nuit supplémentaire à attendre le lever du jour devant la passe, nous finissons la route au moteur dans une pétole généralisée. Les oiseaux : fous brun, pétrels et frégates, de plus en plus nombreux annoncent l'approche de ce bout de terre au milieu de nulle part.

POL06-14

Naturellement, vers 15 heures devant la passe, le temps est gris et les rideaux de pluie défilent sur l'atoll. La passe large de 0,2 mille, sans être très difficile est cependant délicate car en zig-zag et au débouché dans le lagon trois récifs affleurants délimitent deux passages étroits. Pas de balisage, mais un alignement au 175° d'un motu à cinq milles par un des récifs affleurants.... c'est à dire absolument impraticable car soit la passe est agitée et c'est blanc partout, soit elle est calme et le déferlement sur le récif est trop faible. De plus par temps gris les nuances de bleu sont inexistantes. Il faut faire confiance à la carto, qui est heureusement parfaitement exacte ici, puis à l'approche le récif à contourner se distingue assez bien même par temps gris. Le courant sortant de l'ordre de trois nœuds crée quelques marmites mais cela reste aisément négociable. A 16 heures nous mouillons un peu à l'aveuglette par 18 mètres de fond derrière Anchorage Island et apprécions le calme du lagon même si le soleil reste souvent voilé. Le coucher de l'astre solaire sera superbe dans un ciel tourmenté, ici le décalage horaire est déjà de 25 minutes par rapport à Bora Bora. Nous fêtons Pâques à Suwarow... c'est pas commun !

POL06-03

Suwarow est un atoll inhabité classé réserve naturelle. Il appartient aux îles Cook, ex état du Commonwealth devenu indépendant en 1965, ayant choisi la libre association avec la Nouvelle Zélande son puissant voisin régional du Pacifique sud. Les îles Cook se divisent en deux groupes géographiques sud et nord. Le drapeau comporte 15 étoiles blanches en cercle sur fond bleu symbolisant les 15 îles, plus ou moins grandes, éparpillées sur l'océan en latitude du 8°S au 23°S et en longitude du 156°W au 167°W. La capitale est Avatiu sur Rarotonga. Le groupe nord est composé d'îles basses et d'atolls contrairement aux îles volcaniques hautes et montagneuses du groupe sud. Nombre d'entre-elles ont été découvertes par le capitaine Cook... mais ce n'est pas le cas de notre atoll de Suwarow visité pour la première fois en 1814 par Lazarev, un explorateur Russe, qui donna à sa découverte le nom de son navire : le « Suvarov », puis changé en Suwarow plus conforme aux intonations de la langue Maori des îles Cook.

POL06-07POL06-08

Pendant la traversée, nous avions lu toute la documentation du bord sur notre destination. Nous savions que les rangers, gardiens du parc naturel, n'étaient présents que pendant la saison de migration des voileux. Partis tôt en saison, nous espérions ne pas les voir à notre arrivée et trouver un mouillage vide de voilier et un atoll libre de toute occupation humaine. Bref nous nourrissions un peu un rêve de Robinson Crusoé : débarquer sur une île déserte. En réalité à notre arrivée nous découvrons un peu déçus, à quelques encâblures du mouillage que deux voiliers sont déjà à l'ancre. Par contre à notre débarquement nous apprendrons que les rangers ne s'installent sur l'atoll que du 1° juin au 1° novembre.

POL06-04

Le premier voilier « Vita » est Autrichien et déjà croisé par le passé, il quitte le mouillage dès le dimanche de Pâques. Le second « Agent secret man », quel drôle de nom, vient de Seattle skippé par un solitaire : Eric, avec qui nous faisons rapidement connaissance. Trois jours après notre arrivée, nous sommes rejoint au petit jour par « TagoMago » un voilier français de Toulon, mais dont le breton du bord a vite repéré le pavillon noir et blanc  aux hermines dans nos barres de flèches.

POL06-09

La notoriété de Suwarow vient d'un aventurier natif de Nouvelle Zélande qui choisit cet atoll comme lieu d'ermitage. Tom Neal vécut ici en ermite de 1952 à 1978 où il décède d'un cancer. Pendant ces longues années il vit en symbiose avec les oiseaux, la cocoteraie et surtout l'océan dont il tire sa nourriture mais subit également les assauts et les cyclones. Inlassablement il construit et reconstruit avec obstination son habitat sommaire et la petite jetée sur le lagon. Il écrivit un livre relatant sa vie d'ermite « An island to Oneself ». Les équipages, des voiliers qui firent escale pendant cette période, ont tous été séduits par cet homme hors du commun les accueillant avec plaisir. Parmi eux, Bernard Moitessier se rendit à plusieurs reprises à Suwarow, il relate ses rencontres avec Tom Neal dans son dernier ouvrage « Tamata ou l'alliance ».

POL06-05POL06-06

Sur Anchorage island, les installations des rangers sont minimales et rustiques, elles côtoient la stèle à la mémoire de Tom Neal. Le bâtiment principal est construit sur pilotis de façon à procurer un abri au 1° étage, en cas d'inondation, de cyclone ou de tsunami. Le rez de chaussée de cette construction récente abrite le « Suwarow Yacht Club » décoré des drapeaux laissés par les voiliers de passage, c'est une vision étonnante si loin de tout, au beau milieu du Pacifique.

POL06-11POL06-12POL06-13

Nous multiplions les promenades pédestres à terre, en annexe sur le lagon et sur les motu voisins pour observer les nombreux oiseaux de la réserve. Nous nous baignons dans une eau particulièrement chaude à 29°, sur la petite plage proche de la jetée en ruine car autour du voilier une bonne douzaine de requins pointes noires sont en maraude permanente, depuis que notre ancre a touché le fond du lagon. Nous ne sommes pas téméraires même si ces requins là (dixit la littérature) ne sont pas agressifs, très curieux et encore plus froussards que nous... mais la profusion impressionne.

POL06-10POL06-15POL06-16

Ne manquez pas de jeter un œil aux photos du nouvel album consacré à Suwarow.

 

Benoît & Dominique sur Ramatoa à Suwarow le 28 avril 2011. Mis en ligne le 06 mai 2011 à Apia aux Samoa oocidentales.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bienvenue sur Ramatoa

Ce weblog constitue  notre carnet de voyage......
Il est notre journal de bord au fil de ces années sur les océans Atlantique et Pacifique à bord de "Ramatoa".
Il relate l'avancement du projet du début à son aboutissement... du "Rêve à la Réalité".
Il est tenu à jour  lors de nos escales tout au long de notre aventure maritime.
Il est là pour vous faire partager notre voyage, nos émotions et nos galères !
Bonne lecture....

Rechercher

Mises à jour récentes

Octobre 2012 - Article "Longue escale sur le Caillou".

Aout 2012 - Article "En passant par les Loyautés".

Juin 2012 - Article "Feu d'artifice au Vanuatu".

Archives

Le Rêve...

Voyager à la voile... c'est concrétiser mon rêve de gamin qui préférait dévorer des récits de navigateurs : "le voyage de Damien" et "la Longue route" - plutôt que de travailler correctement au lycée. Aujourd'hui, jeune retraité, le rêve devient réalité. Partir en couple ... et partager une passion commune de voyager à la voile sous les tropiques.                            

La Réalité...

Un voilier baptisé "Ramatoa"

Un skipper : Benoît  et une skippette : Dominique !
Un voyage au long cours en Atlantique, par le Sénégal, le Brésil, l'Amazone, le vénézuela, les Antilles et dans le Pacifique vers la Polynésie française.

Nous contacter...

© Ramatoa.com, tous droits réservés.

Visiteurs