Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 23:28

 

Nous avons quitté Niuatoputapu le mardi 17 Mai dès que les premières lueurs du jour nous ont permis de distinguer l'alignement de sortie. La fenêtre météo est favorable avec un vent modéré d'est pour faire route au sud et franchir les 176 milles nautiques qui nous séparent de Neiafu au Vava'u group.

POL08-02Traversée rapide avec un vent soutenu de 17-21 nœuds tout au long de la route, le temps est beau, la mer agitée mais pas de forte houle. Ramatoa avale les milles à six nœuds de moyenne et caracole sur la mer cabossée. Trente heures plus tard nous pénétrons dans le fiord de Neiafu, un véritable trou à cyclones. Le plan d'eau est lisse comme un miroir, les collines protègent du vent. Une fois amarré sur un coffre devant le bourg de Neiafu on est entouré par un cercle de verdure et il est difficile de voir par quelle passage nous sommes rentrés. Nous arrivons quelques heures seulement après nos amis d e « Ti Soaz » à qui nous avions donné rendez-vous aux Tonga à notre départ de Raiatea... la synchro est vraiment parfaite !

POL08-04

Situé au cœur du Pacifique sud, le Royaume des Tonga est composé de plus de 170 îles dont une quarantaine est habitée. Du sud au nord ces îles sont regroupées en quatre entités : Le « Tongatapu group » qui abrite la capitale Nuku'alofa, le « Ha'apai group » 160 km plus au nord, le « Vava'u group » 100 km encore plus au nord, puis perdu à 300 km dans le nord des Vava'u le « Niuas group » qui comprend Niuatoputapu. 110 000 personnes habitent ce vaste archipel.

La majorité des ces îles sont des blocs coralliens soulevés par les mouvements tectoniques, mais il y également des îles volcaniques et les Tonga possèdent encore quatre volcans en activité et une zone de forte activité volcanique sous-marine.

POL08-19

Le Vava'u group est connu des navigateurs à la voile car il constitue un superbe bassin de croisière et se trouve sur la route directe conduisant de Polynésie française vers les Fidji. Composé d'une île principale Vava'u et d'une bonne trentaine de petits ilots, ces îles sont plates et élevées de 50 à 300 m et recouvertes d'une végétation luxuriante. La base de ces « porte-avions posés sur l'eau » est rongée par l'érosion marine et il y a de nombreuses grottes et caves sous-marines. La ville principale du groupe est Neiafu, une grosse bourgade. Des liaisons aériennes intérieures la relie quotidiennement aux autres groupes et à la capitale économique Nuku'alofa, un ferry assure également une rotation hebdomadaire entres les groupes.

POL08-15

Les premiers habitants arrivèrent probablement des Samoa il y a 2000 ans et créèrent au XIII° siècle un vaste empire qui s'étendait de Niue à l'est jusqu'aux Fidji à l'ouest. L'archipel est découvert au début du XVII° par les Hollandais Schouten et Lemaire. Cook y fit ensuite escale et les nomma les « Îles des amis ».

Dans les années 1820, les missionnaires prirent possession du territoire et mirent fin aux guerres tribales. La dynastie actuelle est créé en 1845, le roi actuel est le cinquième du nom : Taufa'a-hau Tupou V. La demande d'évolution démocratique existe mais elle reste timide. A la fin du XIX° siècle, pour éviter d'être colonisé par les Allemands, les Tonga se placèrent sous la protection du Commonwealth et devinrent pleinement indépendant en 1958. Contrairement aux autres petits états de la région, les Tonga n'entretiennent pas de relations privilégiées (économie, immigration...) avec une ancienne puissance colonisatrice.

L'économie est basée sur l'agriculture (coprah et bananes) et un peu d'artisanat. Le tourisme se développe et devient une réelle source de revenus mais le Royaume des Tonga dépend considérablement de l'aide économique massive octroyée par la Nouvelle Zélande, et l'Europe.

POL08-01

Le tour de Neiafu et de ses ressources est vite fait. Deux ou trois petits supermarché tenus par des chinois, un marché aux fruits et légumes, deux ou trois banques et pas mal de petits bistrots sur le front de mer. L'ambiance est très agréable, la population est d'une gentillesse remarquable. Les coutumes vestimentaires sont vivaces, ici aussi le repos dominical est respecté. Les hommes portent des jupes longues sombres, les femmes recouvrent leurs jupes longues par des tabliers de raphia plus ou moins richement travaillés et décorés. La religion est partout, les offices et les chants polyphoniques superbes sont quasi permanents tant le nombre d'églises, de chapelles et de cultes sont nombreux. Internet et WiFi ne sont pas d'une rapidité et d'une fiabilité extrême mais nous pouvons tout de même, sans trop de difficultés, mettre en ligne nos articles du blog.

POL08-03

Arrivé un mercredi après-midi, nous bouclons rapidement les formalités d'entrée car l'entrée officielle a déjà été déjà faite aux Niuas à Niuatoputapu, mais un changement de groupe d'îles entraîne cependant un passage obligé aux Douanes. Jeudi, courses et vivres frais (plus que limités...) et vendredi nous quittons notre abri pour aller explorer les mouillages idylliques que notre guide de croisière nous décrit. Les distances à parcourir, généralement au moteur, sont faibles : 15 à 20 milles au grand maximum, les mouillages sont très nombreux, on en dénombre une bonne quarantaine dans le seul groupe des îles Vava'u.

POL08-05POL08-06

Notre premier mouillage, à tout juste 7 milles de distance, est Port Maurelle une petite baie bordée d'une plage sur l'île voisine de Kapa. Nous y arrivons sous un bon grain de pluie. Nous sommes les deux seuls bateaux avec nos amis de « Ti Soaz ». Le lendemain le mouillage se remplit et toutes les bouées sont prises. Nous partons visiter avec nos annexes une grotte à la pointe de l'île de Kapa. Elle est suffisamment vaste pour que nous y rentrions avec les deux pneumatiques, le temps est peu ensoleillé et la grotte reste un peu sombre, mais c'est assez extraordinaire à voir et à explorer. La découverte accidentelle de l'île de Vava'u revient à l'espagnol Francisco Maurelle qui en Mai 1781 fit escale dans l'actuelle baie qui porte son nom pour y faire le plein d'eau et de vivres frais et soigner un équipage et un galion bien mal-en-point.

POL08-07POL08-08

Second mouillage au nord de l'îlot Tapana, le vent fort et la mauvaise visibilité liée au temps gris nous empêchent de slalomer dans les hauts fonds coralliens pour rejoindre plus à l'est un mouillage prometteur. À l'abri derrière deux petits îlots nous laissons passer le temps perturbé pendant près de 48 heures. Sur Tapana sont installés depuis 22 ans Maria et Eduardo qui à l'issue d'un voyage en voilier ont posé sac à terre ici aux Tonga. Ils ont ouvert un tout petit restaurant où nous avons dégusté des tapas délicieux et une superbe paëlla. Maria, espagnole de Valence, aime cuisiner des plats de son pays natal et parle un français très correct qu'elle a appris lors de son passage en Polynésie française. Eduardo, brésilien d'origine et hippie soixante-huitard de nature, chante après le repas des airs et mélodies de son pays en s'accompagnant de sa guitare. Ambiance Live Music  fort sympathique.

POL08-09POL08-11

Troisième mouillage à Vaka'eitu dans le sud de l'île de Nuapau. Superbement abrité, il est bordé par une belle et longue plage de sable doré où la végétation exubérante vient à toucher l'eau à marée haute. La nuit pas une seule lumière à l'horizon, nous sommes seuls au monde. Les eaux sont claires mais les fonds coralliens sont plutôt moins beaux qu'en Polynésie française et surtout bien moins poissonneux. Nous croisons de petits bateaux pour la récolte du coprah sur les îlots mais peu de barques de pêche.

POL08-10POL08-13POL08-14

Le quatrième mouillage sera juste une halte pour le repas tant le temps est gris, le vent fort et les bourrasques de pluie fréquentes. C'est dommage car le mouillage de Blue lagoon au sud de l'île de Hunga est absolument superbe. Nous y reviendrons dès que le temps reviendra au beau fixe.

L'entrée du cinquième mouillage à Hunga est tout à fait remarquable, il s'agit d'un vaste lac de la forme d'un cratère ouvert sur l'océan par une faille dans la falaise d'une trentaine de mètres. L'approche et le passage sont spectaculaires, les fonds sont limités à 3 mètres le corail et la roche pas bien loin dans l'étroit chenal. Une fois à l'intérieur de ce vaste lac la protection est exceptionnelle et le calme garanti. Devant le village perché sur la crête, un nouveau quai a été construit et la route y conduisant ressemble à un toboggan géant en béton armé... c'est pas une réussite architecturale !

POL08-12

Nos amis suisse de « Riga II » nous rejoignent. Nous sommes tous invités à un service religieux de l'Eglise libre des Tonga, une église qui a fait sécession d'une autre église protestante . Très beaux chants et un prédicateur virulent dont le prêche est d'une violence rare ! Nous sommes un peu surpris. Avant l'office les hommes sont invités à partager le « Kava » sur la natte dans la case du chef de l'église, il s'agit d'une décoction aqueuse et fadasse d'une racine de poivrier qui a des vertus euphorisantes. A l'issue de la cérémonie, nous sommes tous invités à partager un repas tongien.... en réalité les plats sont présentés sur une nappe sur la natte, les invités mangent en premier, notre hôte discute avec nous et nous regarde manger. Le repas se termine par la remise des cadeaux que nous lui avions préparés en remerciement du repas et des fruits offerts aux trois bateaux : riz, huile, café, une cafetière et des couverts. C'était un échange intéressant et une expérience exceptionnelle.

POL08-16POL08-18

Notre séjour aux Tonga se termine, nous retournons à Neiafu où nous faisons provision de vivres frais, complétons nos pleins et effectuons les formalités de départ. La prochaine escale sera aux Fidji, mais cela fera l'objet du prochain article et d'ici là il y a 450 milles nautiques à parcourir.

POL08-17

Ne manquez pas de jeter un œil aux 28 photos du nouvel album consacré au Vava'u Group.

 

Benoît & Dominique sur Ramatoa à Neiafu le 31 Mai 2011.

Mis en ligne le 1° juin 2011 à Neiafu.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bienvenue sur Ramatoa

Ce weblog constitue  notre carnet de voyage......
Il est notre journal de bord au fil de ces années sur les océans Atlantique et Pacifique à bord de "Ramatoa".
Il relate l'avancement du projet du début à son aboutissement... du "Rêve à la Réalité".
Il est tenu à jour  lors de nos escales tout au long de notre aventure maritime.
Il est là pour vous faire partager notre voyage, nos émotions et nos galères !
Bonne lecture....

Rechercher

Mises à jour récentes

Octobre 2012 - Article "Longue escale sur le Caillou".

Aout 2012 - Article "En passant par les Loyautés".

Juin 2012 - Article "Feu d'artifice au Vanuatu".

Archives

Le Rêve...

Voyager à la voile... c'est concrétiser mon rêve de gamin qui préférait dévorer des récits de navigateurs : "le voyage de Damien" et "la Longue route" - plutôt que de travailler correctement au lycée. Aujourd'hui, jeune retraité, le rêve devient réalité. Partir en couple ... et partager une passion commune de voyager à la voile sous les tropiques.                            

La Réalité...

Un voilier baptisé "Ramatoa"

Un skipper : Benoît  et une skippette : Dominique !
Un voyage au long cours en Atlantique, par le Sénégal, le Brésil, l'Amazone, le vénézuela, les Antilles et dans le Pacifique vers la Polynésie française.

Nous contacter...

© Ramatoa.com, tous droits réservés.

Visiteurs