Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 16:11

Janvier 2011, il est bien tard pour relater les deux mois passés en solitaire sur Ramatoa dans les îles de la Société. Pas d'excuse valable pour justifier un tel retard, si ce n'est qu'à mon retour en Charente Maritime le 10 septembre 2010, je me suis très vite trouvé accaparé par des activités diverses et incessantes.

La naissance de Clément notre deuxième petit-fils alors que je volais entre Papeete et Los Angeles est une surprise bien agréable à mon arrivée. Les soins fréquents et la rééducation contraignante de Dominique pour soigner son épaule imposent de nombreux déplacements. Enfin les travaux chez notre fille cadette qui vient de s'installer à Tonnay-Charente, m'ont bien occupé jusqu'aux fêtes de Noël.

POL03-05Revenons donc en arrière à Tahiti au mouillage de la marina Taina. Le 6 juillet, Dominique s'envole pour rejoindre la mère patrie et tenter de se faire soigner dans de bonnes conditions. Je reste au mouillage sur un coffre de la marina où je complète mes pleins (eau, gasoil, antifouling etc...) et effectue un avitaillement. Je suis en bonne compagnie auprès de « Riga II » de Gaby et Ricardo. Les deux catamarans « Pascaux » et « Thetis » avec qui nous avons séjourné à Toau sont justes devant Ramatoa.

Il y a aussi une bien curieuse pirogue polynésienne traditionnelle « Upoo'Tahiti » sur laquelle de courageux et farfelus navigateurs vont tenter de rallier la Chine avant la fin de l'exposition universelle à Shanghai. En réalité ils ne dépasseront pas les Samoa où la pirogue s'est totalement disloquée.

POL03-06Le 11 juillet j'assiste depuis le mouillage au spectacle céleste de l'éclipse totale du soleil... à 9 heures du matin, la pénombre s'installe, les feux des balises du lagon s'allument, les animaux se taisent... l'ambiance est très particulière, mais quelques instants plus tard, la lumière et la vie reprennent leurs droits. Sur le pont de tous les voiliers au mouillage, des curieux chaussés d'étranges lunettes protectrices en carton observent le phénomène. Selon les astronomes, la prochaine éclipse solaire totale visible depuis la Polynésie n’aura lieu que le 4 août 2176.

POL03-10Le jeudi 15 juillet, je quitte le mouillage et rejoins l'île sœur de Moorea et vais mouiller dans le lagon au sud de Vaiare. Nous sommes deux ou trois voiliers au mouillage et nous assistons de loin au trafic incessant des ferrys et navettes qui relient Vaiare à Papeete. En annexe je suis tout proche de la petite marina et de ses commerces. J'y retrouve Béatrice et Stéphane qui se préparent à quitter « Lazarina » pour un séjour métropolitain de quelques mois. Nous devrions les retrouver dans la Société à notre retour en Polynésie. Les journées s'écoulent tranquillement entre balades en vélo à terre, petites courses au « Champion », et de nombreuses opérations d'entretien et de maintenance sur le bateau. Dans le mouillage dans le lagon au nord de Vaiare, il y a l'Ovni 36 « Maupiti » de Gérard, solitaire également,... mais à chacune de mes tentatives pour le rencontrer... il est absent du bord.

 

Mardi 20 juillet je quitte le mouillage pour rejoindre Haipiti au sud de Moorea. Route au moteur pour longer le récif sous le dévent total de l'île. La passe Matauvau est étroite et bien couverte par un alignement. La houle brise furieusement de part et d'autre sur le récif... mais ca y est, les eaux se calment déjà, je suis dans le lagon face à une curieuse petite église à deux clochetons rouge. Le lagon est vaste et je descend sur tribord et trouve un mouillage sur un beau talus de sable par 2-3 mètres d'eau. Une reconnaissance en annexe me permet de me glisser encore plus loin et je mouille avant et arrière sur un magnifique banc de sable. Le lagon est calme et seul le grondement lointain du récif et les oiseaux se manifestent dans ce petit coin de paradis... encore un de plus !

POL03-07A mon arrivée je suis seul au mouillage, le lendemain un très beau yacht classique d'une vingtaine de mètres mouille à quelques encablures de Ramatoa. Au lever du jour une barque quitte le rivage et souquant ferme sur les avirons je vois Olivier de Kersauzon se diriger vers ce très beau gréement et rendre visite à ses occupants... il ne vient pas à mon bord... quelle déception !

 

Vendredi 23 juillet, je quitte le mouillage solitaire d'Haipiti pour rejoindre la foule des voiliers au mouillage dans la baie Openohou. Dans la passe de Matauvau, ça brasse fort avec les 2-3 mètres de houle de sud, le vent est nul sous le vent de cette île haute. Peu avant midi, j'embouque la passe Tareu qui conduit à la gigantesque baie d'Openohou. Le mouillage dans le lagon est encombré de nombreux voiliers, une bonne trentaine, mais je réussis à trouver une place par fond de sable de 5 à 6 mètres. Il y a de nombreux mouvements de voiliers : départs et arrivées, et il faut veiller à sauvegarder son espace vital ou tout du moins son cercle d'évitage. L'alizé est bien établi et de ce coté de l'île rien ne l'arrête. Les journées s'écoulent tranquillement et je rencontre Gérard de « Maupiti ». Son Ovni 36 est superbement entretenu et nous nous racontons d'interminables histoires d'Ovni autour d'un apéro ou d'une bière fraîche ! Nous effectuons quelques promenades en vélo et des ravitaillements aux épiceries de Papetoai, de l'autre coté de la baie. Ces quinze jours de mouillage autour de Moorea ont complété merveilleusement avec des mouillages sauvages notre périple de l'an dernier avec les enfants où nous avions fréquenté uniquement le mouillage surpeuplé d'Openohou.

POL03-08Mardi 27 juillet, nous sommes plusieurs voiliers à quitter Moorea pour rejoindre Huahine. A la tombée du jour, je franchis la passe en même temps que « Jolly Roger » un catamaran Léopard 40. Bob et Martine sont les anciens propriétaires du « Balae » de notre ami Laurent. Route voile toute la nuit avec un alizé soutenu de 15-20 nœuds et quelques grains de pluie au lever d'un jour bien gris. Initialement je voulais explorer un mouillage à l'est de Huahine un peu plus au nord que celui de la passe Farerea pratiqué l'an dernier. En arrivant devant la passe Tiare, les grains de pluie se succèdent à un rythme incessant, le vent souffle à 20-25 nœuds et le soleil est absent. Je tourne un peu devant la passe dans l'attente d'une amélioration et d'un peu de lumière favorable pour pouvoir ensuite me glisser dans le lagon vers le sud. Finalement vers 8 heures du matin, j'abandonne la partie et je rejoins le mouillage de Fare en contournant l'île par le nord. A 9 heures, je suis au mouillage à l'ouest du village, nous sommes une petite dizaine de voiliers au mouillage. J'y retrouve Gérard et son « Maupiti ».

POL03-04Avitaillement rapide à Fare et dès le lendemain je descends vers le sud dans le très beau lagon pour rejoindre le mouillage d'Avea. Je vais rester dans ce site splendide pendant plus de deux semaines. Si parfois le mouillage est envahi une soirée par une bruyante flotte de catamarans de location, bien souvent nous ne sommes que quatre ou cinq voiliers sur ce mouillage fort vaste. Les clients de l'hôtel voisin ne se bousculent pas, le calme des lieux est préservé.

Très vite, je prends mes marques à terre, vélo pour aller chercher du pain à l'épicerie de la pointe, truck du matin pour aller faire de temps en temps quelques courses à Fare. A bord le temps passe vite, partagé entre travaux de maintenance sur Ramatoa, baignades, promenades à terre, promenades en annexe le long du récif, beaucoup de lectures, un peu de cuisine pour ne pas dépérir et des lessives pour rester présentable !

POL03-09Ce check-up matériel du bateau me permet de découvrir que j'ai des ridoirs de bloqué, que la contre plaque de la colonne de barre est colonisée par la rouille, que la rotule à l'extrémité de la tige du vérin hydraulique est irrémédiablement bloqué et le contre écrou lui même foiré interdit ainsi le démontage de la chape. La liste des matériels à emmener en France pour réparation s'allonge et mon bagage s'alourdit déjà : Le vérin du pilote (rotule bloquée), l'alternateur Mastervolt (roulement de la poulie qui donne des signes de fatigue), le PC du bord (échange de la pile de sauvegarde car soudée sur la carte mère et remplacement des deux ventilateurs qui commencent à devenir bruyants).

POL03-02Le lundi 16 août, je remonte à Fare où je bidonne un peu de gasoil de façon à ne pas avoir à compléter mon réservoir en arrivant à Raiatea où la manœuvre en solitaire à la station service d'Uturoa peut être difficile si le vent est de la partie.

 

Le mercredi 18 août je quitte le mouillage de Fare pour rejoindre le lagon de Raiatea. Le vent de sud-est est faible à modéré mais me permet de faire route à la voile. En début d'après-midi je prends une bouée devant la marina Apoiti. Le lendemain je suis au quai des visiteurs. Il me reste tout juste deux semaines pour préparer la mise au sec de Ramatoa au CNI, comme l'an dernier. Les journées sont bien remplies et passablement fatigantes avant mon envol le 8 septembre.

POL03-01En conclusion de ces deux mois passés en solitaire dans les îles de la Société, je conserve de cette expérience un souvenir mitigé. Si la navigation en solo est excitante et enrichissante car elle nécessite, encore plus que d'habitude en équipage réduit à un couple, d'anticiper énormément les situations et les évènements et de préparer méticuleusement toutes les manœuvres, par contre voyager seul est tristounet quand on a pris l'habitude de voyager à deux, de partager avec son épouse les émotions, les découvertes et les rencontres. De plus pour ceux qui connaissent mon caractère un peu sauvage, dans notre couple c'est bien Dominique qui possède toutes les qualités et facultés nécessaires pour communiquer avec les « étrangers » et lier facilement de nouveaux contacts à une nouvelle escale ou dans un mouillage.

POL03-03Dans moins de trois semaines nous retournons à bord de Ramatoa à Raiatea. Dominique y poursuivra sa rééducation car nous ne mettrons pas cap à l'ouest avant la deuxième quinzaine du mois d'avril. Mais tout cela est une autre histoire que je vous raconterai en temps utile. A bientôt donc sur le blog pour une nouvelle saison de navigation qui nous conduira vers la Nouvelle Calédonie ou l'Australie.

 

Benoît & Dominique à Chatelaillon-plage - le 11 janvier 2011.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Marie-Laure 11/01/2011 13:01



Bonjour à tous les deux :-)


Merci Benoît pour ce compte-rendu, et ravie de vous retrouver bientôt tous les deux dans de nouvelles aventures... Ne dit-on pas "Un être vous manque est tout est dépeuplé" ;-)) En espérant que
Dominique va mieux... Une belle année pleine de nouveaux horizons et au plaisir de vous lire régulièrement.


Je vous embrasse :-)



Bienvenue sur Ramatoa

Ce weblog constitue  notre carnet de voyage......
Il est notre journal de bord au fil de ces années sur les océans Atlantique et Pacifique à bord de "Ramatoa".
Il relate l'avancement du projet du début à son aboutissement... du "Rêve à la Réalité".
Il est tenu à jour  lors de nos escales tout au long de notre aventure maritime.
Il est là pour vous faire partager notre voyage, nos émotions et nos galères !
Bonne lecture....

Rechercher

Mises à jour récentes

Octobre 2012 - Article "Longue escale sur le Caillou".

Aout 2012 - Article "En passant par les Loyautés".

Juin 2012 - Article "Feu d'artifice au Vanuatu".

Archives

Le Rêve...

Voyager à la voile... c'est concrétiser mon rêve de gamin qui préférait dévorer des récits de navigateurs : "le voyage de Damien" et "la Longue route" - plutôt que de travailler correctement au lycée. Aujourd'hui, jeune retraité, le rêve devient réalité. Partir en couple ... et partager une passion commune de voyager à la voile sous les tropiques.                            

La Réalité...

Un voilier baptisé "Ramatoa"

Un skipper : Benoît  et une skippette : Dominique !
Un voyage au long cours en Atlantique, par le Sénégal, le Brésil, l'Amazone, le vénézuela, les Antilles et dans le Pacifique vers la Polynésie française.

Nous contacter...

© Ramatoa.com, tous droits réservés.

Visiteurs